Voyage San Pedro de Atacama. Séjours et information.

Géographie, climat, sites, histoire, musées et monuments, hôtels, transports, circuits.

 

SITUATION GÉOGRAPHIQUE DE SAN PEDRO DE ATACAMA

 Géographie de San Pedro de Atacama

San Pedro de Atacama est situé au Nord du Chili, dans la IIe Région d’Antofagasta, à 2438 m d’altitude au pied de la cordillère des Andes et à peu de kilomètres de la Bolivie et de l’Argentine. Le village n’est pas à proprement parler dans le désert d’Atacama mais à sa limite Est ; il en présente néanmoins de nombreuses caractéristiques de par son climat de désert d’altitude, son aridité, ses salines, etc.

Voir notre vidéo

 

CLIMAT DE SAN PEDRO DE ATACAMA

Climat à San Pedro de Atacama

Quand envisager un voyage à Atacama ? San Pedro de Atacama a un climat de désert d’altitude, moins extrême que celui du centre du désert d’Atacama. En hiver (juin à août), les minimales sont de 1°C, les maximales de 20°, en été (janvier à mars), compter 9° de minimales et 27° de maximales. En raison de l’amplitude thermique en toutes saisons, mieux vaut commencer les excursions tôt le matin. Il faut se munir d’un vêtement chaud, de lunettes de soleil et de crème solaire de protection totale.  Le ciel est le plus souvent bleu à San Pedro, avec peu de nuages et de précipitations. C’est en été qu’il y a le plus de pluies et d’orages électriques dans les environs. Au printemps (septembre à novembre) on enregistre de forts vents (100 km/h).

Nous recommandons donc d’éviter la période allant de mi-janvier à fin mars en raison de possible averses qui proviennent du bassin amazonien. Celles-ci sont rares, mais quand elles surviennent, elles détruisent les pistes et, en conséquences, les excursions autour de San Pedro sont impossibles pendant un ou plusieurs jours. Voir notre fiche : Quand partir au Chili.

 

ALTITUDE A SAN PEDRO DE ATACAMA

L'altitude dans l'Atacama

De magnifiques balades dans les environs de San Pedro de Atacama s’effectuent à des altitudes de plus de 3.500 mètres, avec une radiation solaire très forte et des températures plus fraîches ou froides. En raison de la haute altitude, il convient de ne pas négliger le risque de mal des montagnes, (mal de tête, étourdissements, nausées,…). Les précautions commencent dès la constrution du programme de voyage : acclimatement graduel avec des excursions tout d’abord en moyenne altitude autour du salar d’Atacama. A partir du 3 ème jour on peut commencer à monter en haute altitude. Contrairement à l’Altiplano bolivien, l’avantage de San Pedro de Atacama est que l’on redescend le soir en moyenne altitude. C’est d’ailleurs un très bon sas d’acclimatement avant de partir en Bolivie.

 

QUE VOIR AUTOUR DE SAN PEDRO DE ATACAMA

SALAR DE ATACAMA

Laguna Chaxa, Salar d’Atacama
Le sud de San Pedro de Atacama est recouvert d’une immense étendue de sel de 300 000 hectares, la plus grande du Chili, le Salar d’Atacama. Une route le longe sur son côté Est, bifurquant au village de Toconao et continuant jusqu’à celui de Peine. Plus au sud, le Salar d’Atacama est consacré à l’exploitation minière, surtout de lithium, dont c’est le deuxième plus grand gisement au monde, un véritable trésor. Peine est un petit village vivant essentiellement du travail dans la mine. L’ancien village, abandonné au XVIIe siècle, était un tambo important sur le Camino del Inca. Les Incas avaient prévu des relais, les tambos, sur leur « route » afin de loger et de ravitailler l’empereur ou ses représentants. Il était construit en pierre, avec des rues larges, entouré de champs en terrasses cultivés selon une organisation communautaire, comme tous les villages pré-hispaniques d’Atacama. Les ruines de la chapelle de Peine Viejo datent du XVIe siècle.

Voir notre vidéo

 

LAGUNE CHAXA

Laguna Chaxa, salar d'Atacama

Le salar d’Atacama est émaillé de quelques points d’eau : les lagunas Chaxa, Barros Negros, Salada, La Punta. C’est dans ces petits lacs que l’on peut voir les trois espèces de flamants présentes au Chili. Elles ont donné leur nom à la réserve : reserva nacional Los Flamencos. Ces oiseaux menacés d’extinction viennent s’alimenter dans ces petits lacs aux rives en croûtes de sel.

Voir nos photos

 

LAGUNE CEJAR

Laguna Cejar
Située dans le salar d’Atacama, la lagune Cejar possède des eaux claires, bordées de croutes de sel. Avec ses eaux salées, elle fut longtemps un lieu de baignade (et de flottaison !). Pour une raison de protection du site, on ne peut désormais plus l’observer que depuis un mirador. C’est un excellent endroit pour voir le soleil se coucher.

Voir nos photos

 

LAGUNE PIEDRA

Laguna Salgada
Située dans la réserve nationale Los Flamencos et sur le salar d’Atacama, la laguna Piedra est un lac salé où on peut se baigner et surtout flotter ! Elle possède en effet un taux de salinité supérieur à celui de la Mer Morte. C’est l’une des cartes postales de la région, et un moment de détente incontournable.

Voir nos photos

 

LAGUNE TEBINQUICHE

Lagune Tebinquiche, salar d'Atacama
Ce lac salé à 30 km au sud de San Pedro de Atacama, situé sur le territoire des indiens Coyos, offre des couchers de soleil spectaculaires, avec notamment un effet miroir sur le Licancabur. Ses environs sont envahis par le sel, avec une croûte épaisse ; en été le soleil évapore en partie les lagunes peu profondes, découvrant encore davantage le sel. On trouve également des oiseaux, dont des flamants, et les Ojos de Tebinquinche, de petits trous d’eaux très profonds.

Voir nos photos

 

CORDILLÈRE DE SEL

Cordillère de Sel, désert d'Atacama

À seulement quelques kilomètres de San Pedro de Atacama se cache un paysage inouï, celui de la Cordillera de la Sal, qui borde le Salar d’Atacama. Il y a des millions d’années, le mouvement tectonique terrestre a soulevé le fond d’un lac asséché, jusqu’à faire surgir cette « cordillère de sel », la Cordillera de la Sal. Sculptées par le vent et le soleil du désert, des formes étranges ont émergé, colorées par les minéraux, que l’aube et le crépuscule font étinceler et enrobent de davantage de mystère. Les plus visitées sont la vallée de la Lune et la vallée de la Mort, aujourd’hui rebaptisée vallée de Mars. Outre les promenades à pied ou à cheval, il est possible de survoler en montgolfière la Cordillère de Sel

Voir notre vidéo

 

VALLÉE DE LA LUNE, VALLE DE LA LUNA

Vallée de la Lune

Elle a été classée Sanctuaire de la Nature et porte bien son nom. Elle a la forme d’un amphithéâtre entouré de dunes. On peut escalader la plus grande dune de sable gris, la Duna Mayor, et admirer, du haut de sa crête, le paysage lunaire et la cordillère. Les roches naturellement sculptées évoquent à certains des monstres préhistoriques comme fossilisés, ou bien encore une queue de crocodile, ou bien encore les sculptures beaucoup plus douces de femmes, comme Las Tres Marías.

Voir nos photos

 

VALLÉE DE LA MORT OU VALLÉE DE MARS

Vallée de la Mort ou vallée de Mars

Plus près de San Pedro, une piste s’enfonce entre des formes rocheuses rougeâtres, avec des taches blanches, jusqu’à la vallée de la Mort (Valle de la Muerte), ainsi nommée car l’aridité et la salinité sont telles qu’elles rendent impossible toute forme de vie. Elle est également nommée vallée de Marte (Mars) par les locaux. Reste le paysage incroyable d’une gorge dont les roches rouges s’enflamment au coucher de soleil et d’une grande dune qui attire les amateurs de surf, veillées au loin par le volcan Licancabur du haut de ses 5916 m.

Voir nos photos

 

 QUEBRADA DE KARI


C’est un canyon situé juste avant l’entrée de la vallée de la Lune. Il coupe la Cordillère de sel, et invite à une randonnée facile de 6 km au milieu d’un décor qui paraît lunaire. En suivant le lit asséché d’une rivière disparue, on a une vue imprenable sur les plissés géologiques d’argile et de sel. On entend d’ailleurs les bruits de craquements du sel.

Voir nos photos

 

 MIRADOR DE KARI, PIEDRA DEL COYOTE

Mirador de Kari, Piedra del Coyote

Ce mirador surplombe la vallée de la Lune, au nord de cette dernière. On peut y accéder facilement par la route 23 allant allant à Calama. Le meilleur moment pour y aller reste le soir, au moment du coucher du soleil. Vous verrez les couleurs évoluer au fur et à mesure de la journée, révélant de beaux contrastes.

Voir nos photos

 

 MIRADOR DE LA VALLÉE DE LA MORT

Mirador de la vallée de la Mort
C’est certainement le plus beau point de vue de la vallée de la Mort. Si vous allez pour le coucher du soleil, vous serez émerveillés par tant de dégradés de couleurs. Ce mirador vous permet d’avoir une vue complète de toute la vallée. Un moment magique assuré. Ce mirador est aussi le point de départ pour une balade à cheval sur la crête de la Cordillère de Sel !

 

 VALLECITO

Vallecito, cordillère de Sel Atacama

L’endroit mythique où se cache le bus abandonné. Au milieu de plusieurs montagnes couvertes de sel, ce lieu est connu sous le nom de Vallecito ou Valle del Bus. Le bus abandonné vous plonge dans un film tout droit sorti d’Hollywood avec un décor digne d’une scène mythique de Into the Wild. Vous pourrez monter dans le bus où carrément grimper sur le toit.

Voir nos photos

 

LAGUNES ESCONDIDAS

Lagunas Escondidas, Atacama

Situées au nord-est du Salar d’Atacama, les lagunes Escondidas (cachées) sont aussi connues sous le nom de Lagunas Baltinache. Elles composent un panel de sept lagunes naturelles aux eaux couleur émeraude, dont deux qui sont ouvertes à la baignade, du moins à la flottaison. En effet, ces dernières ont un taux de salinité plus élevé que celui de la Mer Morte. Un moment de détente appréciable, de surcroît dans un cadre silencieux, hors des sentiers battus touristiques des alentours de San Pedro de Atacama.

Voir nos photos

 

VALLÉE DE CATARPE

Vallee de Catarpe
Elle s’étend sur chaque rive du río San Pedro, à 5 km au nord de San Pedro d’Atacama. Le contraste entre les environs désertiques et la végétation de la zone naturellement irriguée est saisissant. On y trouve la chapelle de San Isidro fondée par le colon italien Lucas Cenzano en 1913, ainsi que les vestiges d’un centre administratif inca.  La vallée de Karapé est un bon choix pour une excursion en vélo Tout Terrain. A 2 km de l’entrée de la vallée de Katapré, se trouve celle de la gorge du Diable, pénétrable uniquement à pied ou à bicyclette. Enfin, il est aussi possible de monter jusqu’à l’ancien tunnel par une piste de 2 km, non carrosable. On atteind peu après la crête de la Cordillère de Sel pour jouir d’une spectaculaire vue sur les volcans frontaliers.

Voir nos photos

 

 YERBAS BUENAS (HIERBAS BUENAS)

Hierbas Buenas, pétroglyphes

C’est le site qui abrite la plus forte concentration d’art rupestre de la région de San Pedro d’Atacama. Situé dans une vallée étroite creusée par le río Grande sur la route vers la vallée Arco Iris, le site est sur les roches de la cordillère de Domeiko. La plupart des motifs gravés dans la roche représentent des animaux locaux comme les lamas ou les renards. On peut aussi distinguer des dessins anthropomorphes, parfois associés à des symboles qui évoquent des chamans. Ils seraient l’œuvre de personnes qui peuplaient la zone il y a 10 000 ans.

Voir notre vidéo
Voir nos photos

 

  VALLÉE ARCO IRIS

 Vallée Arco Iris, exploration

Elle se trouve à 70 km de San Pedro de Atacama au sein de la cordillère Domeyko, à 3200 m d’altitude. On y accède après être passé par Hierbas Buenas et Matancilla. Elle tient ses couleurs riches et variées en arc en ciel de la forte teneur en minéraux dont les strates affleurent à la surface suite aux bouleversements liés à l’activité volcanique et tectonique. Dans une vallée parallèle à Arco Iris, nous proposons une nuit en bivouac sous les étoiles d’Atacama.

Voir nos photos

 

 SALAR DE AGUAS CALIENTES III & SALAR DE TALAR

Salar de Aguas Calientes, Capur
Situé à 3950 m d’altitude le Salar de Aguas Calientes III est situé au sud-est du Salar d’Atacama, le long de la route n°23 menant au col de Sico. Il est immédiatement voisin de Salar de Talar (à ne pas confondre avec Salar de Tara). Aguas Calientes III fait partie de l’ensemble de salines et salars qui longent la chaîne volcanique située à l’est du salar d’Atacama. L’immensité désertique à perte de vue fascine et demande une bonne connaissance du terrain de la part de vos guides. Le point de vue que l’on a de la route est une des cartes postales du désert d’Atacama.

Voir nos photos

 

 ROCAS ROJAS

Rocas Rojas
Le site se situe sur le salar de Aguas Calientes III, au sud de Socaire. Il tire son nom « rochers rouges » de la spectaculaire palette de gris, roses et rouges de ses formations rocheuses. Moins fréquenté que d’autres salars ou lagunes de la région, c’est un trésor à ne pas manquer.

Voir nos photos

 

 LAGUNE DE TUYAJTO

Laguna de Tuyajto
Elle se trouve à 10 km au-delà de Piedras Rojas, non loin du passage frontalier de Sico. Elle s’étend sur 5,6 km², à 3960 m d’altitude. D’un superbe bleu laiteux, elle est entourée de montagnes qui reçoivent du sel issu de l’évaporation de ses eaux.

Voir nos photos

 

LAGUNE MISCANTI

Lagune Miscantis, Atacama
La laguna Miscanti éblouit littéralement par sa couleur bleu turquoise tirant sur l’émeraude. La palette est splendide : le bleu du ciel et des lacs, les touffes d’herbe jaune dans la terre ocre, les roches rouges et noires, la neige des volcans. Voisines du salar de Talar, les lagunes Miscanti et Miñiques sont situées à 120 km au sud de San Pedro d’Atacama et à 28 km au sud du village de Socaire. Perchées à 4200 m, elles font face aux Cerros Miñiques (5910 m) et Miscanti (5622 m). Elles sont séparées par un cordon volcanique produit lors d’une éruption ancienne du volcan Miñiques qui les surplombe.

 

 LAGUNE MIÑIQUES


Seules traces de vie autour des lagunes Miscantis et Miñiques : la faune protégée par un secteur de la réserve nationale Los Flamencos. C’est un site exceptionnel pour observer la faune aviaire. De juillet à décembre, les lacs sont gelés et les oiseaux viennent y nicher, dont la rare foulque cornue. On peut apercevoir des flamands chiliens, des canards et mouettes des Andes, des sicales (petits chardonnerets) mais aussi des rapaces comme l’aguilucho (sorte de buse) parmi les 70 espèces recensées. Vous pouvez aussi guetter des viscaches ou des vigognes sur la route, ainsi que des guanacos ou des renards. La flore consiste principalement en des herbes rases de prairie comme la festuca, ainsi que des algues des lagunes, qui nourrissent certains oiseaux.

Voir nos photos

 

VOLCAN LICANCABUR (5916 m)

Volcan Licancabur, Atacama

Le volcan Licancabur doit son nom aux indiens d’Atacama, et signifie volcan du peuple (lican-cabur). Ce volcan mythique, endormi mais non considéré comme éteint, est la véritable carte postale de la région de San Pedro de Atacama et du Lipez. Il marque la frontière entre le Chili et la Bolivie, avec les deux tiers de sa superficie dans ce premier pays. Du haut de ses 5916 m, il domine notamment le salar d’Atacama coté chilien, et la laguna verde en Bolivie, où il fait en outre partie de la réserve nationale de Faune Andine Eduardo Avaroa. Ce stratovolcan possède un cratère de 400 m de diamètre, avec en son centre un lac de 90 sur 70 m. Le Licancabur abrite également des ruines Incas ainsi qu’un sanctuaire en son sommet ; il fut un lieu éminemment important pour les cultures précolombiennes de la région. Aujourd’hui l’ascension du Licancabur, peu technique mais très physique (altitude), se réalise plutôt sur son flanc bolivien,… celui situé au Chili étant parsemé de mines.

Voir nos photos

 

CERRO TOCO

Volcan Toco, vue du sommet

Autre stratovolcan de la zone, le Cerro Toco a la particularité d’être assez simple a gravir, malgré son altitude de 5604 m. Pour ce faire, vous partez non loin de la frontière bolivienne de Hito Cajon à 5200 m, le plus haut télescope permanent du monde. De là, il suffit ensuite de marcher sur 3 km, avec 400 m de dénivelé. Compter 2 heures environ de montée pour connaître l’expérience de la marche en haute altitude, et profiter d’une vue panoramique sur le salar d’Atacama, la laguna Blanca et laguna Verde en Bolivie et les antennes l’observatoire ALMA.

Voir nos photos

 

 RÉSERVE NATIONALE LOS FLAMENCOS

Réserve nationale Los Flamencos, désert d'Atacama

La réserve nationale Los Flamencos, créée en 1990, s’étend sur 740 km². Divisée en 7 secteurs, elle abrite plusieurs joyaux naturels de la région, dont les 4 salars de Aguas Calientes, le salar de Tara et le salar d’Atacama ; ou les lagunes Miscanti et Miñiques. Riche en faune aviaire, ici viennent nicher une quantité d’oiseaux comme la foulque cornue, la foulque géante, l’avocette des Andes, le canard huppé, l’ouette des Andes. Et bien sûr les flamants, qui ont donné leur nom à la réserve, notamment le flamant de James, dont c’est l’un des principaux lieux de reproduction. À noter qu’une partie de la réserve est inscrite sur la liste des sites Ramsar.

Voir nos photos

 

SALAR DE PUJSA

Voyage dans les Andes
Situé dans la réserve nationale Los Flamencos près du Salar de Pujsa est inscrit sur la liste de la convention Ramsar depuis 2009. C’est l’un des salars les plus importants de la zone, constituant de fait une ressource majeure pour la faune aviaire, en particulier pour les flamants (Andins, de James et Chiliens). Le site est aussi une halte prisée par les oiseaux migrateurs comme la bécassine ou la Phalarope de Wilson. C’est également depuis ce Salar que l’on peur atteindre le spectaculaire volcan Pili, à la forme d’une pyramide abrupte.

Voir nos photos

 

VOLCAN PILI ou ACAMARACHI (6046 m)

Volcan Pili
Ce volcan, aussi appelé Acamarachi, culmine à 6046 m ; c’est le plus haut sommet de la zone. Tout comme le Licancabur tout proche il s’agit d’un stratovolcan, qui s’est donc formé avec des couches superposées de lave, suite à ses éruptions. Et tout comme le Licancabur, il fut un lieu de culte Inca. On retrouva des tissus et des objets datés de cette époque. Son ascension est un peu plus difficile que les autres volcans de la région.

Voir nos photos

 

MONJES DE LA PACANA

 Monjes de la Pacana, Atacama

En partant de San Pedro de Atacama en direction de Jama, non loin du Salar de Aguas Calientes, se dressent d’impressionnantes formations rocheuses, telles des sentinelles surveillant l’immense désert de sable rouge. Les Moais, ou Guardianes (gardiens) ou encore Monjes (moines) de la Pacana (ou Pakana), doivent leurs noms à leur fine silhouette atteignant parfois jusqu’à 25 m de hauteur. Ces belles formations volcaniques ont été travaillées par le vent durant des millions d’années. Non loin de là on peut admirer de nombreux déserts de sel d’une grande beauté comme le Salar de Tara, le Salar de Puja ou encore celui de Aguas Calientes I. Cette zone de l’Altiplano a de plus l’avantage de ne pas subir de grandes variations climatiques et des excursions sont donc possibles toute l’année.

Voir nos photos

 

 SALAR DE AGUAS CALIENTES I

Salar de Aguas Calientes I

Le salar de Aguas Calientes I peut s’observer depuis la route chilienne n°27, peu avant le Paso de Jama. Il appartient à l’ensemble « salar de Tara, salar de Quisquiro et salar de Pujsa« . Ses eaux proviennent du Cerro Losloyo 5370 m. Il existe en réalité 4 salars « Aguas Calientes » dans la région de San Pedro de Atacama. Le n°II se situe juste au nord de la laguna Lejia. Ses eaux ruissellent de 4 Cerro dont le Cerro Rio Negro. Le n°III se situe au sud de la laguna Miñiques et est une des cartes postales de la région. On l’observe depuis la route n°23 en allant vers le Paso Sico. Le n°IV est assez loin au sud-est du salar d’Atacama, sous le célèbre Cerro Llullaillaco.

 

SALAR DE TARA

Salar de Tara, San Pedro de Atacama
Les salines de Tara sont situées dans la réserve nationale Los Flamencos. La route internationale (goudronnée) qui permet son approche vaut à elle seule la balade : elle s’élève, longe la Bolivie et le volcan Licancabur (5916 m), arrive sur les hauts plateaux à plus de 4000 m d’altitude après une quarantaine de kilomètres. De là, on peut voir le Salar d’Atacama, ainsi que le Cerro Chajnantor, près duquel se situe l’immense observatoire astronomique Alma. Point culminant de la route au km 48, à 4600 m ! 30 km plus loin, dans une zone de formations rocheuses faisant penser à des gardiens – on les appelle Monjes (les moines) ou Guardianes (gardiens) de la Pacana, ou Moais de Tara – Puis vous partez hors-piste. Après 30 à 40 minutes apparaissent les Cathédrales de Tara, avec à leurs pieds le Salar de Tara.

Voir nos photos

 

VOLCAN ZAPALERI (5653 m)

Volcan Zapareli, Atacama

Ce volcan éteint culmine à 5653 m et se situe à la triple frontière entre le Chili, l’Argentine et la Bolivie. Au Chili, il se trouve dans la province d’El Loa et près de la réserve nationale de los Flamencos ; en Argentine dans la province de Jujuy et près de la réserve Lagunas de Vilama ; en Bolivie dans la province du Lipez et est protégé par la réserve nationale de Faune Andine Eduardo Avaroa.

 

GEYSERS DU TATIO (4321 m)

Bassin aménagé, geysers du Tatio
L’une des excursions les plus courrues près de San Pedro de Atacama : partir avant l’aube, avec un fin connaisseur de la région, parcourir cette route déserte qui monte jusqu’à 4321 mètres d’altitude, 94 km au nord du village. Dans la lumière rasante de l’aube s’élèvent vers le ciel quelques 80 colonnes de vapeur allant jusqu’à 6 m de haut : les geysers du Tatio. Le spectacle prodigieux d’un champ géothermique dans la cordillère des Andes. L’eau émerge brûlante (jusqu’à 85°C) des roches volcaniques et se transforme en vapeur au contact de l’air froid. Cela vaut vraiment la peine de prendre le temps d’explorer ces merveilles, mais avec grande prudence : le terrain est mouvant, la boue et la vapeur peuvent provoquer de graves brûlures. Les minerais dont regorge la terre et la lumière transforment ce paysage en une palette de toutes les couleurs. Un bassin d’eau non brûlante a été aménagé pour se baigner. Sur la route, on peut aussi se baigner aux thermes de Puritama, un site naturel d’eau tiède retenue par des bassins formés dans la roche.

Voir notre vidéo
Voir nos photos

 

GEYSERS CACHÉS

Geysers cachés, San Pedro de Atacama
Les Geysers cachés sont en effet peu visibles et perchés à plus de 4300 mètres d’altitude. Ils offrent un spectacle prodigieux d’un champ géothermique, en plein cœur de la Cordillère des Andes. Pour explorer cette zone plus reculée que celle des célèbres Geysers du Tatio, un guide est indispensable. Seulement accompagnés de quelques vigognes qui arpentent le secteur, vous pourrez admirer un spectacle unique, avec des Geysers encore plus impressionnants que ceux du Tatio…

 

VOLCAN PUTANA (5890 m)

Volcan Putana
Le volcan Putana se trouve à la frontière entre le Chili et la Bolivie, à 25 km de San Pedro de Atacama, et à 5890 m d’altitude. Aussi nommé Jorgencal ou Machuca, ce stratovolcan est toujours en activité et dégage une importante quantité de fumerolles.

 

THERMES DE PURITAMA

Thermes de Puritama, Guatin

Sur la route des Geysers del Tatio, les Thermes de Puritama vous feront découvrir une exception de la nature au milieu du désert le plus sec du monde, le désert d’Atacama. Il s’agit de huit grandes piscines d’eau à une température oscillant entre 33 et 34 °C. « Puri » signifie eau et « tama », chauffe. À 3500 mètres d’altitude et à 27 km au nord-est de San Pedro de Atacama, les piscines échelonnées se sont formées dans un cañon d’une grande beauté. Cet endroit était utilisé à des fins médicinales par le peuple des atacameños. La tradition orale raconte qu’il fallait aller au moins une fois dans sa vie à Puritama pour se soigner. L’une des thérapies plus répandues est celle des Nueve días, où les personnes se plongeaient pendant neuf jours dans les thermes. Les mineurs de Saciel bénéficiaient aussi des propriétés ré-énergisantes des thermes après leur montée à la mine de souffre, à 5300 mètres d’altitude. Ses eaux sont aujourd’hui recommandées pour les rhumatismes, l’arthrite, le stress, les douleurs musculaires, l’appareil digestif et le rajeunissement de la peau.

Voir nos photos

 

LE PATRIMOINE DE SAN PEDRO DE ATACAMA ?

SAN PEDRO DE ATACAMA

Église San Pedro de Atacama
Le village compte quelque 5000 habitants et est pleine de dynamisme : la beauté des paysages environnants attire des voyageurs du monde entier. Le village ne manque pas de charme avec ses petites rues bordées de maisons en adobe, la plus commerçante étant la rue Caracoles avec ses échoppes d’artisanat et spécialités andines, dont la tisane de feuilles de coca ou herbe de chachacoma, bien utile en altitude.
Sur la place pavée s’élève l’église de San Pedro: toute blanche, de style colonial, elle est dotée d’une charpente en bois de caroubier et de cactus ainsi que d’un retable polychrome. L’église a été classée Monument National, ses fêtes les plus importantes sont celles de Saint-Pierre et Saint-Paul les 28 et 29 juin.

Voir nos photos

 

 RUE CARACOLES

Calle Caracoles, San Pedro de Atacama
Caracoles est la rue principale de San Pedro de Atacama ; avec une architecture et un style typique du désert chilien. C’est ici que vous trouverez commerces, bars ou restaurants ; et l’animation du village le soir !

Voir nos photos

 

 MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE LE PAIGE

Musée archéologique Le Paige, San Pedro

Le musée archéologique Le Paige doit son nom à un missionnaire jésuite belge, Gustavo Le Paige, qui se passionna pour les cultures indiennes locales et rassembla de 1955 à 1980 un nombre considérable d’objets dûment classés et conservés. La remarquable collection, bien mise en valeur, offre un bon témoignage des Atacameños qui habitèrent la région pendant onze mille ans. Parmi les pièces les plus riches: la salle du trésor avec ses figurines en or et ses masques. Les momies autrefois présentes dans cette salle ont été retirées de l’exposition en 2007 à la demande du peuple Licanantay. Musée ouvert tous les jours.

 

 TOCONAO

Place principale, Toconao
Ce village appartient à la commune de San Pedro d’Atacama, à 38 km au sud de la ville. Il est perché à 2475 m d’altitude, au nord-ouest du salar d’Atacama. Son nom signifie lieu de pierres. C’est un oasis grâce à l’eau qui coule depuis la faille de Jerez, où viennent de nombreux oiseaux et où subsistent des petroglyphes de la préhistoire. Cela permet aux 800 habitants de cultiver de quoi se nourrir et de vivre de leurs vergers. Il n’est pas rare de voir des lamas dans le village.
L’autre occupation traditionnelle la plus répandue est l’extraction minière de lithium sur le salar et la sculpture de pierres volcaniques de la carrière voisine. Les principales constructions sont d’ailleurs faites de cette pierre blanche, la liparite. Sur la place principale du village, l’église San Lucas, classée Monument National, est flanquée d’un majestueux clocher indépendant qui date de 1750.

Voir nos photos

 

 SOCAIRE

Socaire, Région de San Pedro de Atacama
C’est le seul village à des kilomètres à la ronde. Ce hameau de 285 habitants est perché à 3218 m d’altitude. D’origine pré-hispanique, il se caractérise par sa succession de cultures en terrasses, un mode de culture andin qui s’étage tout autour des habitations. De plus, c’est l’endroit idéal pour apprécier la beauté naturelle du Salar d’Atacama. Un peu plus loin, se trouvent les lagunes Miñique et Miscanti dans la réserve nationale Los Flamencos.

Voir nos photos

 

 MACHUCA

Machuca, Région de San Pedro de Atacama
Ce village peu peuplé se trouve à plus de 4000 m d’altitude. Ses habitants se dédient à l’agriculture, aux pâturages et à la production de fromages. Il se trouve non loin de la Laguna Salada, où vivent de nombreuses familles de flamants, canards ou mouettes, au cœur d’un paysage naturel d’une beauté rare. A noter en février, le carnaval de Machuca.

Voir nos photos

 

TREKKING DE MACHUCA A RIO GRANDE

 Trek de Machuca à Rio Grande

Le village de Machuca se trouve à 4000 mètres d’altitude, sur le chemin du geyser Tatio. Le trekking est 5 ou 6 heures de Machuca jusqu’au village de Río Grande. Río Grande et Machuca sont des villages d’origine agro-pastorale. Machuca était d’ailleurs un lieu de repos pour ceux qui entreprenaient le « Chemin de l’Inca ». Le trekking joint ces deux villages en suivant la route de l’ancestrale caravane de lama. Il est recommandé aux amateurs d’activités physiques dans la mesure où il correspond à un niveau moyen.

Voir notre vidéo
Voir nos photos

 

 RÍO GRANDE

Village-de-Rio-Grande-Atacama
Situé au nord de San Pedro de Atacama, dans la vallée fertile du fleuve río Grande, qui coule jusqu’à San Pedro de Atacama, ce charmant petit village est totalement construit en pierre. On y trouve également une ravissante église.

 

SITE ARCHEOLOGIQUE PUCARÁ DE QUITOR

Ruines de Quitor
Les premiers habitants nomades et éleveurs de guanacos sont arrivés dans la région il y a onze mille ans, puis se sont sédentarisés. Ils ont fondé des villages, dont certains en vue d’assurer leur sécurité : c’étaient des forteresses – les Pucarás (ou Pukaras) – sur des buttes stratégiques. Le Pucará de Quitor en est un bon exemple, à seulement 3 km du village de San Pedro de Atacama, juste à l’entrée de la vallée de Katarpé. Protégée d’un côté par une falaise, de l’autre par un mur, cette forteresse a été construite au XIIe siècle par les Atacameños puis renforcée sous l’occupation des Incas avant d’être attaquée et anéantie par les Espagnols en 1540. La forteresse surplombant la rivière San Pedro est peu à peu tombée en ruines. Les murs du bâtiment semi-circulaire ont néanmoins été restaurés à partir des années 1980 ; le site est géré par les communautés indiennes et ouvert à la visite. Le pucará de Quitor est classé Monument National.

 

SITE ARCHEOLOGIQUE DE TULOR

Site archéologique de Tulor
Comme Quitor, Tulor date de l’époque précolombienne : ce petit village a été construit vers l’an 800 avant J.-C., à environ 8 km au sud de San Pedro. Mais il ne s’agissait pas d’un fort, simplement d’un village, miraculeusement conservé par le sable qui l’a recouvert jusqu’en 1982. Les archéologues pensent que 150 à 200 habitants y vivaient, pratiquant l’élevage, l’agriculture, la céramique et le tissage. Les maisons en adobe étaient circulaires, entourées d’une enceinte. Seules les fondations subsistent mais deux maisons ont été reconstituées. On peut découvrir la Aldea de Tulor depuis une passerelle et un belvédère.

 

ALMA – Atacama Large Millimeter/submillimeter Array


L’ALMA n’est rien de moins que le plus grand réseau de télescopes au monde, situé sur un plateau à 5000 mètres d’altitude. Cet interféromètre radio télescopique compte 66 antennes – 54 de 12 m de diamètre et 12 antennes de 7 m – de haute précision. Pour financer ce projet évalué à 800 millions d’euros, l’Europe (ESO), l’Amérique du Nord et le Japon se sont associés. L’objectif de l’ALMA est d’étudier avec une extrême sensibilité l’univers froid, afin de mieux comprendre les processus de formations des étoiles et des planètes. Le site est opérationnel depuis 2012. En raison de l’altitude, les activités humaines sont limitées et c’est pour cela que les visites sont autorisées uniquement au centre d’études des donnés, installé à 2900 m d’altitudes.

Voir notre vidéo
Voir nos photos

 

 OBSERVATOIRE SPACE OBS

Observatoire Space Obs
À 6 kilomètres seulement de San Pedro de Atacama, vía la route 23 en direction des montagnes andines se trouve l’Observatoire Space Obs. C’est sans doute un des meilleurs observatoires touristiques pour tous ceux s’intéressant à l’astronomie. D’abord avec des explications à l’oeil nu puis ensuite avec l’utilisation de télescopes, vous repartirez ravis et plein de connaissances. Petit plus, ce parc est le plus grand parc de télescopes au service du public en Amérique du Sud.

Voir notre vidéo
Voir nos photos

 

MUSÉE DEL METEORITO

Museo del Meteorito
Ce drôle de musée, sorti de terre dans ce qui ressemble à un dôme, est tout proche du centre de San Pedro de Atacama. Il a été fondé par celui que l’on surnomme le chasseur de météorites, Rodrigo Martinez. Quel autre nom aurait-il pu porter que Museo del Meteorito ? Ce dernier montre plus de 4000 pièces (estimées à plus de 20 millions de dollars !), dont 80 météorites (provenant pour la plupart du cratère de Monturaqui). Ces dernières sont bouclées sous des vitrines mais, toutefois, les passionnés auront le bonheur d’en toucher quelques-unes. Le tout, accompagné de vidéos explicatives passionnantes.

 

HÔTELS: OÙ SE LOGER À SAN PEDRO DE ATACAMA ?

Où se loger à Atacama

Hôtel Tierra Atacama : jardin, piscine, spa, vue sur le volcan Licancabur, tissus et objets de l’artisanat local dans un hôtel boutique plein d’élégance.
Hôtel Alto Atacama : avec ses 32 chambres joliment décorées du style local, l’Alto Atacama offre à ses clients une vue spectaculaire sur la Vallée de Catarpe. Cadre exceptionnel. 6 piscines extérieures respectueuses de l’environnement.
Hôtel Casa Atacama : une décoration sobre et élégante, une maison respectant le paysage, une piscine au coeur du patio de l’hôtel, voici quelques-uns des atouts de cet hôtel de charme.

 

RESTAURANTS : OÙ DÉJEUNER ET DÎNER À SAN PEDRO DE ATACAMA ?

Où dîner à Atacama, restaurant Milagro

Adobe : ce restaurant propose des plats de cuisine chilienne et internationale. Adobe offre un cadre cosmopolite. De plus, on peut y admirer une exposition de céramiques. Excellent service.
Ckunna : situé dans le centre de San Pedro de Atacama, ce restaurant propose des recettes régionales et nationales. Ses clients bénéficient d’un cadre chaleureux et paisible, dans une bâtisse historique complètement restaurée.
La Estaka : ce restaurant est l’un des plus anciens de San Pedro de Atacama, la cuisine est délicieuse et le cadre très accueillant de par son ancienne architecture entièrement rénovée.
La Casona : le chef propose des plats de qualité et à des prix raisonnables. Récemment rénové, il ravit ses clients avec ses fourneaux, situés au centre du restaurant. De plus, La Casona propose une sélection de vins, avec les meilleurs crus du Chili.
La Casa de Piedra : ce restaurant traditionnel propose des plats exquis mêlant plats typiques du Chili avec une cuisine plus internationale. Cadre chaleureux avec groupes de musique.
Sol Inti : ce restaurant vous accueille dans un cadre original et propose des plats variés. Bon service.
Baltinache : la nouvelle adresse à la mode ; ses plats typiques relevés par une touche gourmet séduisent et les tables sont peu nombreuses ; ne pas oublier de réserver.

Voir nos photos

 

TRANSPORTS : COMMENT SE RENDRE À SAN PEDRO DE ATACAMA ?

Route de San Pedro de Atacama à Calama, Cordillière de Sel
Avion : l’aéroport est à Calama, à 95 km de San Pedro de Atacama. Il existe également un aérodrome à 5 km du village.
Route : compter une heure quinze de Calama à San Pedro de Atacama (94 km) et 4 heures jusqu’à Antofagasta (308 km). Route internationale goudronnée vers le nord-ouest de l’Argentine (Jujuy et Salta) par le Paso de Jama.

 

CIRCUITS D’EXCEPTION

Circuit d’Exception à Atacama

Chile Excepción vous propose de nombreux circuits à San Pedro de d’Atacama, avec des thématiques, des activités, des durées ou des styles de voyage permettant de répondre aux goûts de chacun. Voici des exemples :

Voyage de 9 jours dans le désert d’Atacama et à Valparaiso : avec chauffeur guide privé, tous les trésors autour de San Pedro de Atacama et étape finale dans le grand port du Pacifique.
Circuit de 10 jours autour de San Pedro de Atacama : voyage en autotour, avec étape finale à Valparaiso et possibilité d’extension d’une journée en Bolivie.
Observation des étoiles de Santiago au désert d’Atacama : un circuit astronomique de 10 jours dans l’une des meilleures régions au monde pour l’observation du ciel et des galaxies: le désert d’Atacama.
Voyage de 19 jours dans le Nord, d’Arica à Copiapó en passant par San Pedro de Atacama : un circuit avec chauffeur guide privé permettant de connaître la côte Pacifique, des villages des Andes, des parcs nationaux, le désert, des volcans, les hauts plateaux et bien d’autres paysages fascinants.

DÉCOUVREZ LES AUTRES RÉGIONS

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.

error: Contenu est protégé.