2014 : Bachelet revient au pouvoir

michelle bachelet © OECD

Le 15 décembre 2013 l’ancienne présidente du Chili, Michelle Bachelet, était élue Présidente de la République pour la seconde fois. À la tête du Chili de 2006 à 2010 elle avait cédé momentanément sa place au candidat conservateur Sebastiàn Piñera, auquel elle succède donc. Pendant son absence de la scène politique chilienne de 2010 à 2013, elle a été nommée directrice exécutive de l’ONU femmes, une entité chargée de promouvoir les droits de la femme.

Élue avec 62% des suffrages face à sa rivale Evelyn Mattei, Michelle Bachelet effectue ainsi un retour attendu. La constitution chilienne ne permettant pas de faire deux mandats consécutifs, elle fut contrainte en 2010 de passer le flambeau au candidat de l’opposition. Pour l’occasion, son retour au pouvoir a été marqué par une cérémonie d’investiture hautement symbolique au congrès de Valparaiso. C’est Isabel Allende, sénatrice socialiste et fille de Salvador Allende, qui a remis l’écharpe présidentielle à Mme Bachelet.

Campagne Bachelet 2013 © RiveraNotario

La candidate socialiste entame un second mandat de quatre ans dans un contexte difficile. La colère des étudiants, le ralentissement de la croissance chilienne et les divisons au sein de la coalition des partis de centre-gauche viennent compromettre la réalisation de ses objectifs. Mais la Présidente affirme sa volonté de faire du Chili « un pays plus juste, plus égalitaire et sans discrimination ». En tête de liste de son programme ambitieux, une vaste réforme de l’enseignement et de la fiscalité qui permettra la refonte du système éducatif pour le rendre plus performant et accessible à tous. Elle a également promis de s’atteler à la réduction des inégalités sociales, avec l’amélioration des systèmes de retraite, de santé et des services publics. Enfin, elle ambitionne de changer la Constitution qui avait été établie en 1980 sous le régime d’Augusto Pinochet… Une mesure à la portée hautement symbolique.

 

2018 : le retour de Sebastián Piñera

Sebastian Piñera

Le 17 décembre 2017, Sebastián Piñera a été élu avec 54% des voix comme président de la République chilienne pour la seconde fois. Considéré lors de son premier mandat en 2010 comme le premier président de droite élu depuis le retour à la démocratie, il incarne la droite conservatrice chilienne, et se trouve à la tête du parti Chile Vamos. Bien qu’il ait perdu en 2014 les élections présidentielles, il réussit à s’imposer en 2017 face à la socialiste Michelle Bachelet, sa plus grande rivale.

En 2017, le Chili rebascule donc à droite dans un contexte où l’économie est en berne. À la tête du pays, il doit prendre des mesures afin de réformer les retraites et l’éducation. L’homme d’affaire entame alors un second mandat difficile, et doit réussir à faire valoir les réformes sociales qui ont été amorcées par son prédécesseur.

Alors que le gouvernement socialiste de Bachelet proposait une modification de la constitution à la fin de son mandat, Sebastián Piñera décide de s’y opposer. Mais en avril 2020 un plébiscite interroge les chiliens sur leur désir de reformer cette constitution héritée de la dictature de Pinochet et c’est le oui qui l’emporte à 79%. Ce référendum a visé à apaiser les manifestations qui ont éclaté en octobre 2019.

Enassemblée constituante d’être élue. Elle a en charge de rédiger une nouvelle constitution. Son mandat est fixé à neuf mois avec une éventuelle prolongation de trois mois.

 

2022 : l’arrivée de Gabriel Boric

Portrait officiel du président Boric

Comme d’ordinaire, la gauche succède à la droite et reprend les commandes du gouvernement après le mandat de Sebastián Piñera, représentant du centre droit. Cette fois-ci, seulement, c’est la première fois en trente ans que les deux extrêmes s’opposent et qu’aucun des centres droite ou gauche ne sont présent lors du second tour. Gabriel Boric, candidat de la coalition Apruebo Dignitad entre gauche et gauche radicale, remporte ainsi le second tour des présidentielles de novembre 2021 contre le candidat de l’extrême droite, José Antonio Kast. Il s’agit du président chilien le plus jeune de l’histoire du pays. Âgé de 35 ans et originaire de Punta Arenas dans l’extrême sud du pays, Gabriel Boric est issu d’une famille d’origine croate, immigrée au Chili à la fin du XIXe siècle. Figure emblématique des manifestations étudiantes en 2011, qui réclament la gratuité de l’enseignement supérieur, il est ensuite élu député en 2014 pour le parti Convergences sociales, qui rejoint la coalition du Frente Amplio (coalition de gauche) en 2017. Il est aux premières lignes lors des manifestations de 2019-2020, puisqu’il joue un rôle important dans le dialogue entre le président, Sebastián Piñera, et les manifestants. À l’issue de celui-ci, les manifestants acceptent de cesser leurs revendications si le gouvernement accepte de réécrire la constitution.

Campagne présidentielle 2021 au Chili

Cette visibilité médiatique lui permet d’envisager puis de remporter les élections présidentielles, déjouant les pronostics et sondages. Ses intentions en tant que président sont prononcées en faveur d’un état-providence, qui reviendrait sur la privatisation des services publics instaurés sous Pinochet (1973-1990). Il annonce également vouloir progressivement augmenter les impôts pour la tranche la plus aisée de la population, s’engager pour le climat, travailler sur une réforme des conditions de retraites, et lancer un système d’assurance maladie universelle. L’élection du nouveau président engendre une chute des marchés boursiers, qui annoncent une baisse de 6,83% le lendemain des résultats de la campagne.

Le 21 janvier 2022, Gabriel Boric publie la composition de son gouvernement, au sein duquel se trouvent 24 ministres dont une majorité de femmes (14), une première dans l’histoire du pays. Faute de majorité au sein du congrès, le nouveau président doit collaborer avec une moitié du Sénat qui est de droite, et une Chambre des députés divisée équitablement entre 50% représentant le centre et la gauche, face à 50% représentant la droite et l’extrême droite. Il prend ses fonctions le 11 mars 2022, lors d’une journée de cérémonies entre Valparaiso, où siège le Congrès, et Santiago.

PLUS D'INFO SUR LE CHILI

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.